Tous savoir sur les sports nautiques

Kitesurf, ski nautique, paddle, planche à voile, surf…la mer offre aux amoureux de la glisse un terrain de jeux des plus attractifs et idéal pour se maintenir toujours au top de sa forme. Découvrez 10 sports nautiques populaires à pratiquer pendant l’été et/ ou en hiver pour garder la forme.

LE SKI NAUTIQUE

Ce sport nautique a la particularité d’être accessible à tout le monde. Aucun diplôme n’est requis pour pouvoir le pratiquer.

Présentation

Effectuer des glisses sur l’eau à l’aide des skis et en utilisant un bateau à moteur pour se faire tracter, telle est la mécanique du ski nautique. Ce sport aquatique a été inventé en France dans les années 1920, et au fil du temps il s’est imposé comme une discipline sportive à part entière et disputée en 3 épreuves dans les compétitions officielles : le saut, les figures et le slalom.

D’un autre côté, le ski nautique peut également être pratiqué comme un loisir. Considéré pendant longtemps comme une activité réservée à la jet-set, ce sport est désormais accessible à toutes les couches sociales. Toutefois, sa pratique exige d’être dans une forme physique impeccable et un budget plus ou moins important pour acquérir l’équipement indispensable.

Il existe enfin, plusieurs variantes du ski nautique : barefoot, monoski, wakeboard, wakesurfing, kneeboard, wakeskating.

Comment pratiquer le ski nautique ?

Les sessions de ski nautique pratiquées à l’école durent généralement une quinzaine de minutes environ. Chaque séance exige un maximum de coordination et de concentration, et il faut avoir une excellente musculature pour pouvoir glisser sur l’eau.

Il y a deux façons d’entamer une session : soit vous commencez en partant d’un embarcadère, soit vous entrer directement dans l’eau avec votre buste bien droit et les genoux pliés. Placez ensuite la corde entre les skis après avoir mis les mains sur la poignée.

Maintenez une grande souplesse au niveau des bras lorsque vous commencez à être tracté par le bateau. Il ne faut pas que ceux-ci (vos bras) se fassent tirer en longueur, et vous ne devez non plus tirer sur la poignée. Votre buste doit rester bien droit, vos genoux toujours fléchis et ce, durant toute la session.

Niveau de difficulté

Le ski nautique est un sport aquatique très exigeant tant physiquement que techniquement. Il faut avoir une parfaite musculation et faire preuve d’une grande souplesse pour pouvoir surfer sans heurt entre les vagues. De plus, il faut avoir une excellente maîtrise du bateau. Autrement dit, il faut passer par un apprentissage préalable avant de se lancer.

Equipements requis pour la  pratique de ce sport nautique

En général il faut gros un budget pour se procurer les équipements qu’il faut pour pratiquer le ski nautique. Comme matériel, il vous faut concrètement :

  • Une paire de skis adaptée spécialement pour ce sport
  • Un bateau hors-bord d’une puissance de 40 chevaux et doté d’une forme qui permettra de réduire les vagues le plus possibles
  • Une corde équipée d’une poignée pour se faire tracter

LE SURF

Le surf est l’un des sports nautiques le plus pratiqué au monde. Il est très populaire aux Etats-Unis et en Australie notamment.

Présentation

Le surf est une activité aquatique extrême et qui en amont exige une longue préparation. Il faut le souligner tout de suite, ce sport nautique n’est pas adapté à tout le monde. En effet, ceux et celles qui souhaiteraient surfer sur les plus belles vagues en Europe ou ailleurs dans le monde devront se plier à un très grand nombre d’exigences : s’entrainer régulièrement pour rester en forme, avoir un solide mental, être très patient et pour finir, bien assimiler les comportements à adopter et les mesures de sécurité.

Comment pratiquer le surf ?

Le surf se pratique sur une planche moderne (telle un shortboard par exemple) ou sur une planche plus classique comme une « malibu » des années 60 ou une longboard. Cependant, il faut choisir sa planche en fonction de sa morphologie et de son niveau.

Pour commencer, le surfeur se couche à plat ventre sur sa planche et se met à ramer plus rapidement que la vague jusqu’au « line-up ». Ensuite, il doit utiliser la force des bras pour se lever et se tenir bien en équilibre sur ses jambes pour surfer la vague debout : c’est le « take off ». Le surf exige donc un grand effort physique.

Néanmoins, ceux qui ne sont pas très sportifs peuvent commencer en utilisant un bodyboard ou « biscotte ». C’est une planche qui permet de glisser sous le ventre en profitant des sensations qu’offrent les vagues et en prenant tout aussi du plaisir. Cette option est aussi parfaite pour les personnes en surpoids du fait de sa douceur et de son efficacité. Elle permet de développer les bons réflexes et de se muscler au même titre que le surf.

Sachez que celui qui surfe a la priorité sur les surfeurs qui remontent. Toutefois, il doit prendre toutes les dispositions pour éviter une éventuelle collision.

Niveau de difficulté

Le surf est une activité très physique et technique. Avant de se lancer, il faut s’assurer que l’on sait au moins nager. Après, pour être à même de pratiquer ce sport nautique, il faut avoir une grande force au niveau des reins, dans les cuisses, les jambes et faire preuve d’un excellent équilibre sur l’eau.

Un bon surfeur doit être capable de créer une bonne harmonie entre lui et la mer. Il doit pouvoir sentir la vague facilement et appréhender le bon timing pour enfourcher le rouleau. Notez enfin que la pratique de ce sport peut avoir un très grand impact sur le rythme cardiovasculaire lorsque le vent est très fort.

Equipements requis pour la  pratique du surf

Contrairement à l’image qui est souvent véhiculée dans certaines séries et films américains, il n’est pas conseillé de faire du surf en arborant un maillot de bain ordinaire. Plutôt, vous devez investir dans une combinaison de nage qui a l’avantage d’offrir une grande protection contre le froid et les frottements.

En plus de cette combinaison, vous devez également vous munir de barefoot ou chaussons de plongée, en fonction du spot où vous surfez, pour vous protéger les pieds contre des petits cailloux qui pourraient les blesser.

A défaut d’avoir une combinaison adaptée, vous pouvez vous équiper d’un cycliste de vélo et d’un tee-shirt technique pour commencer. Cet équipement protège aussi très bien contre les frottements. Bien évidemment, tout ceci viendra compléter votre planche de surf.

L’AVIRON

L’aviron est un sport aquatique qui compte de millions d’adeptes dans le monde et il est très populaire en France.

Présentation

L’aviron est une activité nautique ludique et accessible à tous les publics. Il est possible de se lancer dans cette discipline aquatique dès l’âge de 11 ans en France, notamment dans les catégories des Benjamins. Quant aux adultes, ils peuvent le pratiquer en loisir au sein des clubs. Cependant, l’inscription n’est ouverte qu’à ceux qui ont la capacité de s’immerger et de nager sur une distance de 25 m. Il faut être en parfaite santé physique et mentale pour pratiquer l’aviron.

Pour le reste, ce sport nautique présente de nombreux bienfaits pour l’homme. C’est un sport complet qui sollicite tous vos muscles, particulièrement le dos, les épaules, les bras et la ceinture abdominale. L’aviron améliore également l’endurance et la motricité, développe la concentration, favorise le contact avec la nature et le ressourcing.

Comment pratiquer l’aviron ?

Vous pouvez pratiquer l’aviron seul ou en équipe, tout dépend du type d’embarcation choisi pour ramer. Si vous optez pour un bateau qui accueille 4 ou 8 rameurs, celui-ci doit être dirigé par le barreur ou le pilote installé à l’arrière. Le rôle de ce-dernier sera alors d’assurer la synchronisation des gestes des différents rameurs pour ramer avec toujours plus de vitesse et permettre que le bateau soit dirigé par un gouvernail.

En pratique, il existe différentes configurations de rameurs en pointe (aviron manié à 2 mains) ou en couple (2 avirons) :

  • Le skiff qui se pratique en couple avec un seul rameur
  • 2 rameurs en pointe, avec barreur
  • 2 sans barreur
  • Double scull, avec rameurs en couple
  • 4 rameurs en pointe, sans barreur
  • Sans barreur, 4 de couple
  • 4 barré, avec 4 rameurs et 1 barreur en pointe
  • 8 barré, avec 8 rameurs et 1 barreur en pointe

Le barreur c’est celui qui joue le rôle du gouvernail et qui impulse le rythme aux autres rameurs.

Niveau de difficulté

L’aviron exige un grand équilibre physique. Il doit se pratiquer pour cela, à l’abri du vent, en eaux calmes et sans courant. Les rameurs doivent faire preuve d’une grande solidité et puissance pour maîtriser les rames fixées sur le bateau et qui permettent de propulser la coque pour avancer à grande vitesse. Ainsi, pour un être un bon rameur, il faut être un excellent compétiteur.

Tous les muscles sont sollicités lors de l’aviron, notamment ceux du bras et des jambes qui sont mis en évidence par les rameurs pour pousser et tirer toujours plus vite jusqu’à l’atteinte du point anaérobie marqué par l’accélération de la respiration, les crampes ou les sensations de brûlure.

Equipements requis pour la  pratique de l’aviron

Il existe deux grands types de bateau d’aviron, et ceux-ci sont généralement mis à disposition des rameurs par les clubs :

Le bateau volette : c’est un bateau très large et plus ou moins stable qui peut accueillir 1 barreur et 4 co-équipiers. Il est spécialement adapté pour les débutants, car il permet aux rameurs de rester focus sur leur technique plutôt que de se soucier de la direction du bateau.

Le bateau découverte : c’est un bateau individuel qui présente une grande stabilité et adapté pour découvrir et pratiquer l’aviron en solo.

Dans chaque catégorie, le nom du bateau dépend du nombre de rames ou pelles utilisées et de rameurs :

  • skiff : 1 rameur, 2 rames
  • double-scull : 2 rameurs, 2 rames pour chacun
  • deux de pointe : 2 rameurs, avec 1 seule rame pour chacun
  • quatre de couple barré : 4 rameurs, 2 rames pour chacun et 1 barreur
  • quatre de pointe barré : 4 rameurs, 1 seule rame pour chacun et 1 barreur
  • huit de couple barré : 8 rameurs, 2 rames pour chacun et 1 barreur
  • huit de pointe barré : 8 rameurs, 1 seule rame pour chacun et 1 barreur

LA PLANCHE A VOILE

Présentation

La planche à voile est une sorte d’embarcation dotée d’une mini-voile. Cette appellation désigne aussi le sport de glisse nautique qui consiste à rester debout sur l’embarcation en surfant sur les vagues. Celui qui qui fait de la planche à voile s’appelle le véliplanchiste.

En pratique, on distingue plusieurs types de planche à voile : la planche longboard, la planche funboard, la Vague, le Freestyle et le Bump and Jump. Chacune de ces planches possède généralement sa propre technique de pratique…pour autant, nous allons nous limiter ici à la pratique traditionnelle de la planche à voile qui est la technique la plus répandue.

Comment pratiquer la planche à voile ?

La planche à voile est un sport aquatique qui nécessite équilibre et technicité. Pour réaliser l’exercice, le véliplanchiste doit soulever puis maintenir la voile et le mât en mouvement ou dans une position active. Après quoi, il s’oriente sur l’eau tout en inclinant le gréement de l’avant en arrière, ou en changeant tout simplement ses appuis au niveau de la planche. Il s’agit là de la façon la plus classique de pratiquer la planche à voile.

Niveau de difficulté

Le démarrage de la planche à voile présente certaines difficultés, et ce, quel que soit la pratique ou le type même de planche utilisée. Ces difficultés sont par ailleurs accentuées par des courbatures. En général, les ischios-jambiers, les muscles du rachis et le grand droit du dos constituent le lot des muscles qui sont le plus sollicités durant l’exercice. Ainsi, avant de commencer, il est très conseillé de s’échauffer et de s’étirer au préalable.

Equipements requis pour la  pratique de la planche à voile

En plus de votre de la planche à voile, vous devez vous équiper d’une combinaison de nage comme celle du surf ou alors d’un haut adapté et d’un cycliste de vélo. Mais la combinaison est plus recommandé parce qu’elle protège beaucoup mieux contre le froid.

LE PADDLE

Présentation

Encore appelé stand-up paddle ou SUP, le paddle est un sport aquatique qui entretient des similitudes avec le surf, sauf qu’il se pratique cependant avec une planche légèrement plus grande. On distingue plusieurs variantes de SUP :

La ballade : ce type de paddle est idéal pour les novices et les personnes qui veulent davantage se détendre en profitant de la nature et de la vue. Elle se pratique en eau calme et sur une planche longue et large.

Le surf debout à la rame : cette forme de paddle consiste à attaquer les vagues au large en ramant et en position debout. Du coup, il est plus facile que le surf car à aucun moment vous ne devez vous lever. De plus, on peut voir la vague avant tous les autres surfeurs.

Le stand-up paddle en eau vive : très impressionnante, cette branche est quelque peu reservé aux habitués du surf qui peuvent sur les vagues statiques ou descendre les rivières.

Comment pratiquer le stand up paddle (SUP) ?

Le paddle est plus ludique et facile que le surf. En pratique, il consiste à ramer sur une planche en se servant d’une pagaie et tout en restant debout. L’équilibre est indispensable ici.

Pour débuter, trainez le paddle jusqu’à l’eau grâce à la poignée de transport centrale. Après cela, placez la pagaie sur votre planche puis glissez-y sur vos genoux, au milieu du paddle. Ensuite, tout doucement, prenez un pied après l’autre, une position accroupie. 

Ecartez vos pieds suivant la largeur des épaules, de part et d’autre de la poignée centrale. Tout en gardant le dos bien droit, redressez-vous progressivement jusqu’à ce que vos genoux soient courbés légèrement. Vous devez être orienté vers l’avant, tout comme vos orteils. Pour maintenir l’équilibre, fixez parfaitement le cap des yeux.

Celui qui pratique le stand-up paddle s’appelle le rider ou paddler.

Niveau de difficulté

Le paddle en termes de difficulté apparaît beaucoup plus facile que le surf, car il se pratique sur une planche un peu plus large, ce qui permet de rester en équilibre beaucoup plus facilement. Par contre, il faudra une excellente musculation et technique pour arriver à maîtriser le SUP face à la pression des vagues puissantes.

Equipements requis pour la  pratique du SUP

Le choix de l’équipement est primordial pour bien pratiquer le SUP. pour ce qui de la pagaie, il est recommandé d’opter pour un modèle réglable qui saura s’adapter à votre taille. Quant à la planche, deux possibilités s’offrent à vous : soit vous achetez une planche rigide, soit vous vous procurez une planche gonflable.

Les SUP rigides correspondent aux modèles classiques et ils sont plus rapides et plus stables en général que les SUP gonflables. Cependant ils occupent plus d’espace à la maison et vous devez nécessairement les déplacer dans une SUV, une voiture ou un pick-up.

Les paddle gonflables pour leur part sont très faciles à ranger et à transporter (dans un sac à dos adapté ou sur votre vélo). Aussi, ils sont idéals pour les débutants et assez endurants.

Concernant enfin votre tenue de paddle, vous devez la choisir en fonction de la température qu’il fait dehors et de l’éventualité que vous puissiez tomber à l’eau.

Pour l’été (la saison des fortes chaleurs), il est conseillé de choisir un maillot de bain, de se protéger les pieds avec des pieds-nus ou des chaussons en néoprène bas ou hauts.

En hiver (période de grands froids), il faudra se procurer une combinaison de surf. La matière synthétique est fortement conseillée. Aussi, veillez à choisir une combinaison imperméable et capable de vous tenir bien à chaud dans l’eau.

Le polyester ou le polypropylène doivent être privilégiés pour le maillot de corps qui sera complété avec une veste qui tient bien chaud et qui soit imperméable. Le port des gangs en néoprène pour protéger les mains de la chaleur est également à envisager.

LE KITESURF

Le kitesurf ou kiteboarding ou planche aérotractée est une activité aquatique qui se déroule sur la surface de l’eau. Le but est de se maintenir debout sur une planche tout en se faisant tracter par un kite ou cerf-volant. Ce sport nautique procure des sensations inoubliables et inédites.

Présentation

Le kitesurf s’est véritablement popularisé à l’aube de l’an 2000. Il a été inventé par deux français, les frères Legaignoux. Le tout premier brevet de ce sport nautique sera déposé anonymement en 1977. Après une réadaptation, Bruno Legainoux et son frère déposeront un nouveau brevet en 1984, permettant ainsi au kiteboarding -tel qu’il est connu aujourd’hui- de voir le jour.

Dans sa forme actuelle, cette activité combine une planche et un cerf-volant qui permettent de se propulser sur l’eau. La pratique du kitesurf est accessible à tout le monde. Cependant, les débutants doivent nécessairement prendre des cours avant de commencer.

Comment pratiquer le kitesurf ?

La pratique du kitesurf requiert généralement d’être en parfaite santé physique et mentale pour s’initier facilement et rapidement, et surtout réduire au maximum les risques de blessures pendant l’activité.

En pratique, le kitesurfeur est équipé d’un harnais relié au niveau de l’aile par des lignes de traction. Celui-ci pilote la planche grâce à une barre sur laquelle les lignes sont attachées ou reliées. Sachez que les règles et les modes de navigation de ce sport nautique sont les mêmes que ceux de la voile. Dans les clubs de kitesurf, la planche et le voile sont directement mis à la disposition des pratiquants.

Pour le reste, les débutants avant de se lancer, doivent d’abord apprendre à se servir du cerf-volant sur une surface terrestre. L’objectif étant de pouvoir lancer et faire atterrir le cerf-volant en contrôlant parfaitement l’aile. Il faudra s’initier ensuite à la nage tractée sur plusieurs séances. Pour finir, le débutant devra apprendre à se tenir debout sur la planche : le gainage et l’équilibre sont fondamentaux dans cette étape.

Niveau de difficulté

Avant de faire du kitesurf il faut connaître les mesures de sécurité de ce sport. En effet, c’est une activité qui peut être dangereuse pour soi et pour les autres. Il n’est pas du tout conseillé de se lancer dans la pratique du kitesurf en solo.

Concernant la difficulté, elle tient principalement à la capacité du kitesurf à se maintenir en équilibre sur la planche sous la pression des vagues, à mettre de la vitesse, à réaliser les figures et les sauts qui font le charme de ce sport aquatique. La motivation, la patience  et la confiance à soi et en son équipement sont primordiales pour ne pas se louper et évoluer au fil des sessions.

Equipements requis pour la  pratique du kitesurf

Pour faire du kitesurf, vous devez vous doté d’une planche adaptée. Et la barre et le harnais vous aideront à contrôler la voile. En plus de ce matériel, vous aurez besoin d’une tenue de sport adaptée : une combinaison de surf de préférence.

LA PLONGEE

Présentation

La plongée est un sport nautique passionnant qui permet d’explorer l’univers sous-marin à partir de la surface (plongée en apnée) ou directement en profondeur (plongée sous-marine). Comme vous pouvez le constater, il existe deux façons passionnantes de faire de la plongée et de profiter des merveilles que donne à voir le monde sous-marin.

La plongée en apnée est un sport aquatique qui permet d’admirer le monde sous-marin d’en haut, de façon panoramique sans toutefois plonger profondément dans l’eau. La plongée sous-marine par contre, permet au plongeur d’aller bien en profondeur du monde sous-marin pour mieux l’explorer.

La différence majeure entre ces deux modes de plongée réside ainsi dans le niveau de profondeur auquel vous nagez. Enfin, les deux disciplines sont accessibles à tout le monde en théorie.

Comment pratiquer la plongée ?

Pour pratiquer la plongée en apnée, le sportif porte un masque muni d’un tube respiratoire (tuba) pour nager et flotter près de la surface de l’eau. Pour ce qui est de la plongée sous-marine, celui-ci doit plutôt porter un appareil respiratoire sous-marin (ou réservoir de plongée sous-marine) qui lui permettra de plonger sous l’eau en profondeur et d’y rester pendant plus de temps tout en continuant de respirer normalement.

Dans un cas comme dans l’autre, il faut cependant être un excellent nageur car c’est une activité aquatique qui ne s’improvise pas. D’ailleurs, cette activité et très réglementée et pour pouvoir la pratiquer, vous devez préalablement bien vous préparer et suivre particulièrement une formation formelle et certifiante.

Niveau de difficulté

La plongée sous-marine est un peu plus difficile en pratique que la plongée en apnée, car elle implique d’aller plus en profondeur et de passer plus de temps sous l’eau. S’il n’y a pas de souci particulier à se faire en ce qui concerne la respiration du fait des appareils utilisés, votre plus grand défi sera cependant votre condition physique et votre capacité à rester sous l’eau pendant un bon moment.

Equipements requis pour faire de la plongée

La plongée est une activité qui requiert l’usage d’un équipement spécifique. Globalement, pour la circonstance, vous aurez besoin des indispensables suivants :

  • un masque de plongée adaptée
  • une combinaison de plongée ou toute autre combinaison étanche
  • des régulateurs
  • une bouteille de plongée
  • un CF ou compensateur de flottabilité
  • des palmes et des poids

LE HOCKEY SUBAQUATIQUE

Présentation

Le hockey subaquatique est un sport insolite qui se pratique en équipe, chaque équipe étant composée de 6 joueurs la plupart du temps. Il est peu médiatisé et encore peu connu du grand public. Ce sport nautique se pratique pour l’essentiel en apnée, au fond d’une piscine.

Chaque rencontre se déroule sous le regard désabusé des spectateurs installés autour de la piscine et n’ayant aucune vue sur ce qui se passe exactement sous l’eau. Pour pouvoir filmer une partie, il faut nécessairement se servir d’une caméra étanche. En France, très peu de clubs s’adonnent pour le moment à ce sport (enfants, hommes et femmes confondus).

Comment pratiquer le Hockey subaquatique ?

Un match de hockey subaquatique se joue sur une aire de jeu imaginée sur une piscine dont les dimensions peuvent varier, allant de 12 à 15 m pour la largeur et 21à 25 m pour la longueur. La surface de jeu est également constituée de deux buts, dont 1 de part et d’autre du terrain.

L’objectif de chaque équipe pendant la rencontre est de faire progresser le palet grâce à une crosse, pour entrer celui-ci (le palet) dans le but de l’adversaire. Le match se joue en deux mi-temps de 15 min chacune.

Niveau de difficulté

La maîtrise de la nage est un impératif pour pouvoir pratiquer ce sport nautique. Aussi, les joueurs doivent pouvoir se prévaloir d’un certain nombre de capacités d’apnée. Relativement à la difficulté, le hockey subaquatique est un sport très physique, car il faut nager durant toute la rencontre. En plus d’être un bon nageur, il faut donc une grande capacité de résistance sous l’eau et une bonne condition physique. Ce sport collectif peut être une excellente alternative aux activités nautiques traditionnelles.

Equipements requis pour la pratique de ce sport nautique

Pour pratiquer ce sport aquatique, il faut s’équiper d’un tuba, d’un masque, d’un palet, d’une crosse et d’une paire de palmes. La bouteille à oxygène n’est pas indispensable ici.

LE RUGBY SUBAQUATIQUE

Le rugby subaquatique ou Underwater rugby (UWR) est un sport nautique qui n’est pas très connu et médiatisé. Il a été reconnu en tant que tel à la fin des années 70 et contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, il est très différent du rugby que l’on connait.

Présentation

Le rugby subaquatique est un sport collectif nautique plus ou moins récent. Il fut codifié au XXème siècle en Allemagne. Il existe 4 équipes officielles de rugby subaquatique en France : à Paris, à Nice, Bordeaux et Albi. La première équipe française à être constituée est celle de Bordeaux, en 2014.

Pour revenir à ses fondements, la première compétition de rugby subaquatique fut organisée à Mülheim (Allemagne) en 1972. En 1978, cette épreuve aquatique obtient sa reconnaissance par la CMAS (Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques). La première compétition européenne sera organisée la même année, suivront ensuite les premiers championnats du monde de ce sport deux ans après.

Comment pratiquer le rugby subaquatique ?

Pour pratiquer le rugby subaquatique, il faut intégrer un club. Après, chaque match met aux prises deux équipes constituées de 6 joueurs et de 6 remplaçants chacune. La rencontre dure 15 minutes par mi-temps et elle se déroule en apnée. Le terrain de jeu a une largeur de 8 ou 12 m et une longueur de 12 ou 18 m, avec une profondeur sous le bassin de 3,5 ou 5 m.

Bien évidemment, l’objectif de chaque équipe est de mettre un but à son adversaire, les goals ou paniers étant disposés au fond de la piscine. Le match se joue avec une balle en forme sphérique et remplie d’eau pour éviter qu’elle ne flotte. Ce ballon ressemble beaucoup à celui du football et il a la taille d’une balle de hand-ball.

Le match se déroule en grande partie sous l’eau sous la supervision de 3 arbitres (2 arbitres aquatiques et 1 arbitre non-aquatique), et les spectateurs doivent être eux-aussi dans l’eau. Les caméras aquatiques sont utilisées lors des grandes compétitions pour retransmettre les parties sur écrans géants.

A propos des règles principales d’un match de rugby subaquatique :

  • seul le joueur tenant le ballon dans les mains peut empoigner un adversaire et être empoigné
  • la balle doit toujours rester dans l’eau
  • aucun joueur n’est autorisé à s’agripper sur le matériel de l’autre
  • les joueurs n’ont pas le droit de se tenir au but
  • la violence est strictement interdite : étranglement, frappe, morsure, griffe, bagarre…

Niveau de difficulté

Comme pour la plongée et le hockey subaquatique, la principale difficulté de ce sport nautique réside dans la condition physique de ceux qui le pratique et leur capacité à rester longtemps sous l’eau. Autant le dire, il faut être un très bon nageur et avoir une grande capacité de résistance pour prétendre faire du rugby subaquatique.

Equipements requis pour une bonne pratique du rugby subaquatique

Durant le match, les joueurs portent un masque muni d’un tuba, des palmes, des poignets et un casque pour se protéger les orielles, ainsi qu’une combinaison de nage qui peut être noire ou bleue.

Le port des monopalmes est interdit. Quant aux ailettes, elles doivent faire 60 cm maximum et être conçues avec un matériau non susceptible de blesser les autres joueurs.

Concernant l’aire de jeu, elle est composée d’une piscine profonde, avec des paniers rigides disposés au fond du bassin tout près du mur et au centre de chaque extrémité du terrain de jeu. Les paniers doivent avoir une dimension de 390 ou 400 mm de diamètre sur l’extrémité supérieure et une hauteur de 450 mm. Leurs bords est protégés par un matériau mou qui sert de couverture.

Sans ballon, il n’est pas possible de jouer bien évidemment. Pour le rugby subaquatique homme, il doit avoir un diamètre de 520 à 540 mm ; et 490 à 510 mm chez les dames. Comme on l’a souligné ci-dessus, il faut qu’il soit rempli avec du sel et de l’eau pour qu’il ne puisse pas planer sur l’eau.

LA NATATION SYNCHRONISEE

La natation synchronisée est une activité nautique qui se pratique en solo, en double ou en équipe (maxi 8 personnes).

Présentation

La natation synchronisée est très proche de la danse. En effet, au cours de cette activité aquatique, la nageuse ou le nageur doit faire une chorégraphie sur une musique, avec style, élégance et grâce, dans le strict respect d’un ensemble de figures qui lui sont imposées. Un ballet ou une session de natation synchronisée peut durer entre deux et cinq minutes en fonction de la catégorie d’âge et/ ou l’épreuve à réaliser.

Ce sport aquatique est, depuis les JO de Los Angeles en 1984, admis comme discipline olympique. Généralement ce sont les femmes qui pratiquent la natation synchronisée en compétition, mais il existe certains championnats internationaux où les hommes sont acceptés, particulièrement pour les épreuves en double.

Comment pratiquer la natation synchronisée ?

Pour pouvoir pratiquer cette discipline nautique, vous devez nécessairement intégrer un club de natation synchronisée. En France, il existe près de 250 clubs qui forment à la pratique de ce sport aquatique sensationnel. Les cours s’adressent essentiellement aux jeunes adolescentes. Toutefois, il y’a des piscines qui offrent des formations pour débutantes et même pour les adultes.

Pour ce qui des compétitions de natation synchronisée proprement dit, elles se déroulent en deux temps : une première partie pour les figures obligatoires ou imposées ; et une seconde partie pour le programme libre.

Un jury est chargé de départager les nageuses suivant un système d’attribution de deux notes : une note technique basée sur la difficulté des mouvements et la qualité d’exécution de la nageuse, et une note artistique pour l’interprétation musicale et la chorégraphie effectuée.

Niveau de difficulté

La natation synchronisée fait partie de ces activités aquatiques qui sont très complètes. Pour la pratiquer, il est impératif d’être en très bonne condition physique et mentale. Il faut également être une excellente nageuse.

Ce sport nautique présente en effet un niveau de difficulté élevé. Entre équilibre et technique, il requiert de l’endurance, une grande capacité cardio-vasculaire, beaucoup de puissance et de souplesse, ainsi qu’une grande dépense en énergie musculaire.

De plus, pour rester en harmonie avec le rythme et la musique, il faut être très créatif, avoir une concentration exemplaire et un style qui dégage beaucoup d’élégance et de grâce.

Equipements requis pour la pratique de ce sport nautique

Pour faire de la natation synchronisée, vous n’avez pas besoin d’investir dans un équipement de sport spécifique. Il vous faudra tout au plus, un beau maillot de bain, un bonnet de bain, des lunettes de natation, et un pince-nez pour réguler votre souffle et éviter de subir un certain inconfort au cours de la réalisation des figures.

Partagez votre avis avec d'autres lecteurs

      Laisser un commentaire

      SportSoGood
      Logo
      Register New Account
      Reset Password